tirelire : le coût des études

Associations et organisationsÉducation NationalePARENTS

Quel est le coût des études de votre enfant ?

Le coût des études est souvent un point d’inquiétude important et peu devenir un facteur de choix. Il nous semble important d’apporter ici des précisions sur ce que coutent effectivement les études. Quels sont les coût effectifs pour étudier en France et également quelles sont toutes les charges qui vont probablement venir s’ajouter aux tarifs de base.

Nous ne parlons ici que du coût des études. Nous abordons dans un autre article le sujet des aides financières.

La première année dans le supérieur est le temps de l’émancipation et de l’autonomie. Mais cette liberté s’accompagne de la dure réalité des moyens pour l’exercer. La gestion d’un budget contraint n’est pas la plus simple des tâche auxquels les étudiants sont confrontés. Afin de la accompagner un peu, nous vous proposons de regarder quels sont les principaux éléments du coût des études.

Le coût de base.

A l’université le coûts des études est relativement contenu pour un étudiant Français. Tout d’abord les étudiants boursiers en sont dispensés. Ensuite, le coût de l’inscription est subdivisé en deux parties :

  • CVEC : Contribution de vie étudiante et de campus est payée au CROUS, elle permet de développer des services aux étudiants sur les campus. La CVEC est de l’ordre de 90 euro. Même si vous en êtes dispensé (boursier) vous devez disposer d’une attestation pour vous inscrire dans un établissement d’enseignement supérieur
  • Frais d’inscription : Ce sont des frais que vous versez directement à l’établissement ou vous vous inscrivez. Pour cette année, pour les étudiants entrant à l’université en premier cycle la somme était de 170 euro à taux plein. C’est le cas pour les étudiants à l’université, en classe préparatoires et dans la plupart des formations publiques.
    L’ensemble des tarifs est publié chaque année : Le coût des études dans le Journal Officiel
    Les frais d’inscription dans d’autres organismes tels que certaines grandes écoles ou les écoles privées peuvent avoir des tarifs bien supérieurs. Ils peuvent aller jusqu’à plusieurs millier d’euro par an. Il convient là de se renseigner auprès de l’école.

Globalement, Pour un étudiant boursier, l’inscription à l’université revient à 0 euro, pour un étudiant non boursier le coût des études s’élève à 260 euro pour une inscription à l’Université en premier cycle. Par contre, il est difficile de pouvoir indiquer le coût dans une école privée. Certaines écoles de commerces affichent des coûts annuels dépassant les 15000 euro.

Le logement

Le logement sera probablement le premier poste de dépense durant le cursus dans le supérieur. Les prix varies énormément en fonction du lieu et des conditions d’hébergement.

Si votre Jeunes reste à la maison, car son lieu d’étude est à une distance raisonnable. Les coûts d’hébergement peuvent être très réduit, mais ce sont probablement les coûts de transport qui vont être élevés.

Dans le cas d’un logement plus près du lieu d’étude, il faut distingué plusieurs cas :

  • Le CROUS offre des logements à prix raisonnables et ces logements sont également conventionnés donc ils permettent d’obtenir des aides. Selon la localisation et le niveau de service, les prix hors aide varient entre 200 et 400 euro par mois. Plis la ville est grande et reçoit d’étudiants plus les prix sont élevés et c’est bien sur Paris qui détient la palme.
    La demande d’un hébergement au CROUS se fait par le biais du portail unique : trouverunlogement.lescrous.fr.
    Le principal problème avec les hébergement au CROUS est la disponibilité : le nombre de demandeur est beaucoup plus important que le nombre de chambres disponibles.
  • Les internats des lycées sont une possibilité pour un certain nombre d’élèves de classe préparatoire. Ils sont souvent relativement abordables, de l’ordre de 500 euro par trimestre pour les nuitées et les repas.
  • Le reste devant être cherché dans le parc privé

le parc privé

Le logement dans le parc privé est la solution majoritairement retenue. Cependant son coût est supérieur. Il faut envisager le loyer et les charges. Le portail du CROUS offre un certain nombre de logement, mais ce sont les agences locatives qui seront votre principal interlocuteur. De ce cas, en plus du loyer, il faut envisager : les frais d’agence, le frais d’état des lieux, et bien sur la caution.
Donc le premier mois, le coût du loyer peut être doublé voir triplé.
Si le loyer de base pour un petit appartement est de l’ordre de 400 euro, ce tarif doit être doublé à Paris et au moins augmenter de 50% dans les grandes villes universitaires.
Nous parlons donc d’un budget de 4000 euro par an qui vient s’ajouter au coût des études.

réduire les coûts

Pour réduire les coûts de la location dans le parc privé il est possible de recourir à la collocation. Dans ce cadre, il est possible de trouver des tarifs approchant ceux du CROUS mais avec des conditions d’entrée et de sortie beaucoup moins tolérantes. Il faut dès le début savoir comment cela se passe si l’un des membre de la collocation s’en va. Qui supportera les loyers ? Cela doit être défini dans les termes du bail. D’autre part, attention aux charges qui peuvent venir gréver le budget. Mais surtout attention à la vie en collectivité et à la capacité a travailler

Se nourrir comme un champion

repas saint et équilibré
Un repas saint et équilibré tout en n’augmentant pas le cout des études

On peine à le croire, mais il faut que les étudiants se nourrissent comme des champions. Cependant, c’est souvent sur le budget alimentaire qu’ils choisissent de faire des coupent afin de gagner un peu sur le coût des études.

Les repas au Restaurant Universitaire (RU) sont équilibrés et peu onéreux. Pour moins de 4 euro un étudiant peu prendre un repas le midi. A condition de choisir judicieusement parmi l’ensemble de l’offre, il est possible de constituer un repas réunissant toutes les bonnes propriétés. Cela étant, en choisissant autrement, il est possible de faire un repas essentiellement fait de sucre et de féculents…
Depuis la rentrée 2020, les étudiants boursiers peuvent obtenir ce même repas pour la somme de 1 euro.

Suivant les lieux, il est possible de prendre également le petit déjeuner et le diner au restaurant universitaire, toujours pour des coûts contenus.

cuisiner à la maison

Suivant les conditions d’hébergement il est aussi possible de faire la cuisine à la maison ou de réchauffer les plats préparés le week-end. Si les pâtes sont simples à cuisiner et peu cher, elle ne doivent pas constituer l’essentiel de l’alimentation. La salade verte est tout aussi peu chère !

Pour les étudiants en collocation, la mise en commun de certain repas peu permettre de faire des économies. Cuisiner pour trois ou pour quatre à quasiment le même coût et n’est pas quatre fois plus cher que de cuisiner pour une personne.

Attention, la facilité, le manque de temps et l’offre dans les grande ville, peuvent amener à utiliser les services de livraison à domicile. Cela creuse rapidement des trous importants dans le budget mensuel ! Si l’exception est possible, il ne faut pas que cela devienne la règle. On risque la ruine et la prise de poids !

Le transport

Bien évidemment plus le lieux d’étude est éloigné et plus le rythme de voyage sera important, plus le budget transport sera conséquent. Selon que l’étudiant utilisera le TER ou le TGV les coûts varient. Il faut aussi considérer les transport en communs au sein de l’agglomération.

Le train

Dans chaque région il existe des formules d’abonnement pour le TER qui permettent d’obtenir des prix beaucoup élevés que si les tickets devait être acheté à l’unité. Prenons un exemple, en Bourgogne Franche-Comté un allé simple Besançon-Montbéliard coûte 8 euro pour les moins de 26 ans. L’abonnement quant à lui coute 102 euro par mois sur une base annuelle.

Ainsi pour un aller retour par jour sur une base de 20 jours de cours par mois, l’abonnement est intéressant. Pour un aller retour chaque week-end, ce n’est pas le cas.

Si le lieu d’étude est plus éloigné, le TGV s’imposera surement. Pour les étudiant de moins de 26 ans l’abonnement TGV Max est certainement la meilleur solution. L’abonnement coute un peu moins de 80 euro par mois et permet de réserver des voyages à 0 euro sur des TGV spécifiques.

Donc Il faut prévoir un Budget de l’ordre de 100 euro pour le transport de ville à ville.

Bus, métro et tram

Chaque communes ou agglomération met en place un réseau de transport en commun avec des tarifs qui lui sont propre.

A Paris la carte “navigo” pour les étudiants coute 350 euro par an soit à peine moins de 30 euro par mois. C’est un tarif moyen généralement constaté pour les abonnements de transport urbain.

Un peu de culture ne nuie point

Si il faut étudier avec sérieux et constance, il est aussi très important de garder l’esprit ouvert et alerte. C’est à cela que sert la culture et les divertissements.

Bien sur, il y a les soirées étudiantes. Organisées par telle ou telle association ou organisme, soirée de bienvenue, d’intégration, de fin de cycle, d’après partiel, il ne manque jamais de raison pour faire la fêtes lorsque l’on est étudiant. Ces soirées spécifiques ont des coûts définis par et pour les étudiants. Si il n’est pas question d’en abuser, ne pas y aller serait aussi une mauvaise idée. La socialisation loin de chez soit dans un univers que l’on découvre et une très bonne idée.
A condition de ne pas abuser de la boisson, ces soirées couterons de 5 à 20 euro. En fonction du rythme il sera possible de prévoir le budget.

Mais la culture c’est aussi les musées, le cinéma, les livres. Toutes ces choses sont disponibles en grande quantité dans les villes universitaires, les prix varient d’une ville à l’autre et d’un type d’activité à l’autre. SI un eplace de cinéma coute environ 5 euro à un étudiant il est habituel que les entrées au musée soient gratuites ou très peu cher.
Il faut penser aux vernissages et aux soirées d’ouverture pour profiter a moindre coût des bienfaits de la culture et de quelques petits fours.

Les coûts cachés

Mais il y a aussi des coûts aux quels on ne pense pas de prime abord. En particulier la santé. Si le médecin de famille et la pharmacie de la commune pratique le tiers payant, cela est beaucoup plus rare dans les villes universitaires. Là où les étudiants ne sont pas connus. Il faudra faire l’avance de frais.

Cela est d’autant plus vrai pour les frais dentaires. Ils sont parfois seulement partiellement remboursés.

En guise de conclusion

Il est difficile de prévoir un budget précis pour une année universitaire. Le coût des études est principalement impacté par le coût du logement et de la nourriture, voila une des grandes leçons. Les transports viennent ensuite. Il y a également une liste de petites sommes qui misent bout à bout peuvent représenter des montants importants.

Indépendamment des aides, il est très courant de devoir prévoir un coût mensuel de plus de 500 euro et il n’est pas rare dans certaines grandes villes de devoir envisager des coûts dépassant le millier d’euro.

Nous abordons dans un autre article les aides et les sources de revenu qu’il est possible d’envisager pour les étudiants.

About author:-

One comment on “Quel est le coût des études de votre enfant ?

[…] études coutent cher ! Heureusement, il existe des aides financières qui permettent d’absorber une partie de ces […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.